Centrale Ethique

Historique actions
2008

 

La confiance en entreprise


Le diner du 25 Novembre 2008 a permis de découvrir une approche originale du management en entreprise basée sur la notion de confiance. Organisé via un partenariat entre le groupement Centraliens Management Ressources Humains et l'association des anciens de l'INSEAD, ce fut l'occasion de dialoguer avec Jean-Luc FALLOU, Président de STRATORG et Jacques BACARDATS (ECP 71), ancien Président du groupe ERAMET.


L'approche par la confiance a été développée au sein du cabinet STARTORG en s'appuyant sur des groupes de travail réunissant des dirigeants d'entreprise. Jacques BACARDATS est venu témoigné du déroulement de cette démarche chez ERAMET, après un rachat d'entreprise. Voici une partie des idées présentées par les intervenants, basée sur les notes prises par plusieurs des participants :


L'insuffisance de confiance fait facilement perdre 20 à 40% d'efficacité et d'énergie aux entreprises actuelles. Il est par contre plus difficile en sens inverse de chiffrer exactement le bénéfice des mesures conduisant à la confiance. Une fois les méthodes de management classiques mises en oeuvre, le management par la confiance permet d'aller bien au-delà en résultats, de casser le plafond. Il permet de transformer l'entreprise et d'accompagner la conduite des mutations stratégiques.


La confiance partagée  permet l'engagement, le dépassement collectif, de libérer la créativité l'innovation,  la prise d'initiative, l'autonomie dans la prise de décision et le goût du résultat. Donner confiance c'est donner des ailes, apporter un supplément de performance, casser les peurs, les inhibitions, les frottements humains, permettre d'espérer en l'avenir.


Pour préciser les différences avec les notions de morale ou éthique, on peut distinguer plusieurs contrats :

-celui que chacun a avec lui-même, en fonction de ses valeurs personnelles, familiales…

-le contrat psychologique dans ses relations avec son entreprise (ce qu'il accepte de donner et ce qu'il attend en échange)

-le contrat invisible, fédère les valeurs acceptées, et peut changer plus ou moins vite   


Un des premiers actes est de mesurer la confiance, avec une batterie d'indicateurs permettant de suivre différentes facettes de la confiance :

-en soi

-en son manager

-au sein de l'équipe

-en l'entreprise, l'organisation interne (au delà de 15 personnes, l'organisation prime les relations interpersonnelles)

-entre l'entreprise et les tiers (clients fournisseurs, partenaires)

-en la société, le pays


La confiance a plusieurs dimensions, dont les composantes se mesurent ou se qualifient

-en la parole: lisibilité, respect des engagements, clarté, confiance en l'autorité, qualité d'écoute

-en l'emploi et l'avenir de l'entreprise: pérennité, employabilité, gestion en cas de crise

-en la sureté des règles du jeu : par ex clarté des règles et valeurs etc

-la fierté d'appartenance

-la valorisation personnelle

-le dépassement collectif: de la personne, de  l'équipe , confiance en la qualité des collègues, valorisation de l'équipe